Le traitement qui garantit le succès de guérison pour chaque cheval concerné par la dermite estivale n’existe pas. Chaque cheval est individuel, chaque organisme est différent, ça nécessite donc un traitement individuel pour le cheval concerné. Le schéma X n’existe malheureusement pas.

 

Corticoïde comme thérapie et traitement

Cortisone est utilisée pour l’obtention de l’immunosuppression du système immunitaire, donc pour réprimer l’impact du système immunitaire. Les corticoïdes sont utilisés par injection ou sous forme de lotions ou crèmes ayant pour but de calmer les démangeaisons.

L’application locale est beaucoup moins dangéreuse que l’utilisation par voie intérieure. L’inconvenient: La peau ne s’améliore pas, au contraire elle devient plus sensible et plus perméable à long terme. L’avantage : Les démangeaisons peuvent diminuer et éventuellement vraiment complètement disparaitre . Ni chez Sina, ni chez le Petit Homme – la cortisone n’a pas fait d’effet, comme c’est le cas chez beaucoup de mes patients à quattres pattes. Le succès concernant la dermite estivale n’est pas enivrant.

La médecine vétérinaire utilise souvent les corticoïdes; la problématique par voie intérieure des corticoïdes est, le danger de provoquer une fourbure, ce qui arrive relativement souvent.

Quand on regarde les raisons d’une allergie – donc d’une dermite estivale, on constate souvent un excès en protéine. Les chevaux souffrent souvent d’un excès en protéines et ensuite on trouve des taux élevés du foie, ce qui rend l’utilisation des corticoïdes comme thérapie et traitement dans le cas de dermite estivale encore plus dangéreux au point de provoquer une poussée de fourbure. Vient s’ajouter, que des chevaux qui souffrent d’une dermite estivale ont souvent une prédisposition (race, alimentation, surcharge pondérale) à la fourbure, ce qui rend l’utilisation de la cortisone encore plus problématique. Les effets sécondaires peuvent être des ulcères, atrophie musculaire, atteintes hépatiques, ostéoporose, problèmes des reins et du foie, etc.

L’usage de la cortisone en thérapie et dans le traitement d’une dermite estivale devrait être très bien réfléchi et devrait (au moins ce qui concerne le traitement interne) être évité. La cortisone doit rester un médicament d’urgence, une utilisation à la légère est toujours déconseillée.

 

Antibiotiques comme thérapie et traitement d’une dermite estivale

Selon les conséquences d’une dermite estivale on utilise souvent aussi des antibiotiques, mais leur utilisation comme thérapie et traitement dans les cas d’une dermite estivale devrait être bien réconsidérée (effets sécondaires) et uniquement s’effectuer en cas d’inflammation grave. L’utilisation, par précaution, des antibiotiques en cas de dermite estivale, comme on le voit souvent pratiqué, ne devrait pas être la solution préférée pour la thérapie et le traitement d’une dermite estivale.

 

 Antihistaminiques comme thérapie et traitement d’une dermite estivale

Les antihistaminiques bloquent l’histamine. L’histamine  joue un rôle enorme comme  déclencheur et intermédiaire d’une réaction allergique comme la dermite estivale. Les antihistaminiques peuvent être utilisés par voie intérieure et exterieure. Les effets sécondaires varient beaucoup d’un antihistaminique à l’ autre. Il peut y avoir des interactions, si d’autres médicaments sont donnés en même temps, par exemple des médicaments sédatifs.

 

Vaccination fongicide comme thérapie et traitement en cas de dermite estivale

Le passé nous a montré, qu’un vaccin fongicide pouvait être efficace aussi en cas de dermite estivale. Ca ne fonctionne pas toujours (comme pour toutes autres possibilités de thérapies). Moi, je ne connais aucun cas personnellement, mais c’est prouvé.

Comme pour chaque vaccin, il peut y avoir des réactions sécondaires. Pour moi donc pas le produit préféré.

 

L’auto-hémothérapie comme thérapie et traitement en cas de dermite estivale

On prend du sang de la gouttière jugulaire qu’on l’injecte dans la poitrine ou dans le cou sous la peau, voire dans le muscle. Cette thérapie doit avoir comme but de provoquer une modulation immunitaire dûe au sang injecté. Ce sang, qui circule en dehors des vaisseaux est traité comme une protéine étrangère par l’organisme et devrait être supprimé par celui-ci.

Le propre sang  ne peut pas provoquer une réaction de choc, en comparaison des protéines étrangères.

 

Combinaisons avec son propre sang comme thérapie et traitement en cas de dermite estivale

Le sang prélevé est mélangé avec un médicament avant l’injection. En général ce sont des complexes homéopathiques.

 

Contre-sensibilisation comme thérapie et traitement en cas de dermite estivale

Pour cette thérapie on prend le sang du cheval concerné et on le prépare avec des anticorps et des activateurs de serum. Ce sont par exemple l’acide silice ou l’hydroxyde d’aluminium. On crée un complexe autologue de l’anticorps et du serum. La réinjection du complexe stimule le corps de répousser ses propres anticorps. On l’appelle anti-anticorps. Si un antigène (salive de moustique, moucheron) rencontre le cheval concerné, beaucoup d’anticorps vont se créer contre la salive du moucheron (réaction excessive immunitaire). Les anti-anticorps gagnés peuvent réagir avec celles-ci. Ils interceptent un grand nombre d’anticorps et vont les occuper par ailleurs.

 

Désensibilisation comme thérapie et traitement en cas de dermite estivale

On prend pour la thérapie un extract dilué de moustiques indigènes qui est injecté sous la peau. Les injections se font en doses croissantes. Il peut y avoir des réactions non souhaitées.

Autres thérapies et traitements courants en cas de dermite estivale sont l’accupuncture et la thérapie de biorésonance.

Toutes ces dernières possibilités citées semblent sonner pas mal, personellement, je ne connais aucun patient à quattre pattes, où la dermite estivale était régulée avec succès avec une de ces pratiques!

 

Mon traitement favori

Homéopathie comme thérapie et traitement en cas de dermite estivale

L’homéopathie doit stimuler la force régénératrice du système immunitaire et provoquer une régularisation d’une réaction immunitaire excessive. Les remèdes homéopathiques peuvent être choisis selon la constitution du patient, appelés remèdes de constitution. Ils peuvent être choisis selon les symptomes de la maladie. En homéopathie nous travaillons avec des remèdes individuels, des remèdes complexes ou aussi avec des nosodes et des compositions d’organes. Les produits devraient être choisis et coordonnés individuellement pour réussir une thérapie homéopathique. Essayer des produits qui ont fait leurs preuves ne donne souvent pas grand chose chez la plupart des chevaux avec une dermite estivale. Il y a des exceptions : Certains remèdes individuels ont bien fonctionnés pour la peau et les poils. De cette expérience est née le médicament homéopathique Nehls Vet Komplex N°3.

Dans la thérapie et le traitement de la dermite estivale je travaille à l’aide de l’analyse bioénergétique des poils (crins pour les chevaux). Sur la base de l’analyse de crins du cheval souffrant d’une dermite estivale, j’établis une thérapie et un traitement individuel avec des remèdes homéopathiques. La thérapie est en général sous le signe de la réussite à cause de l’individualité des remèdes testés.

 

Phytothérapie, herbes & plantes en cas de dermite estivale

Une alimentation bien choisie et basée sur des  herbes pour chevaux peut bien accompagner la thérapie et le traitement en cas de dermite estivale. Elle a du succès si on tient compte des causes de la dermite estivale. En général on trouve les causes dans un ecxès de protéines, troubles du métabolisme ou perturbations du métabolisme de peau, des taux élevés du foie et des problèmes de détoxification, qui sont au moins les déclencheurs annexes de l’allergie. De ces expériences sont nées mes herbes pour chevaux en cas de dermite estivale. J’utilise en plus les herbes Allergosan et l’homéopathie dans le cas de la dermite estivale.

 

Applications topiques (locales) comme thérapie et traitement en cas de dermite estivale

Ils existent sous forme de gels, lotions, sprays, crèmes, etc. Les produits qu’on trouve sur le marché en vente libre sont en général inoffensifs et pas toxiques. Leurs substances sont pour la plupart naturelles. Exception pour les remèdes sur ordonnance d’un vétérinaire pour le traitement d’une dermite estivale. C’est au propriétaire du cheval de bien réfléchir à l’utilisations des insécticides/pyréthroïdes ou pas. Des effets indésirables peuvent survenir par exemple intoxications, agitations, tremblements, lésions hépathiques.

 

Mais attention en cas de dermite estivale

Même des remèdes naturels peuvent provoquer une réaction allergique (contenance des huiles essentielles);  adopter donc le principe :

Ce qui peut aider beaucoup un cheval en cas de dermite estivale peut être contreproductif et déclencher une allergie chez un autre cheval concerné par la dermite estivale. J’ai développé Nehls Sina’s Parasitweg-spray, sans l’huiles essentielles, il ne peut donc pas déclencher une allergie en plus. Il ne contient pas d’huile du tout, car souvent les chevaux concernés par une dermite estivale font une réaction aux substances huileuses sur leur peau. Sina’s Parasitweg-spray (parasit-off-spray) était développé pour Sina. Elle réagissait avec des démangeaisons sur la pluparts des applications locales. Une protection contre les insectes, par contre était absolument nécessaire.

Plus tard j’ai développé pendant la thérapie du “Petit Homme” Nehls Sweet Sommer contre les démangeaisons et pour la protection de la peau. Sweet Sommer aide énormement à réduire les démangeaisons et calme avec sa camomille naturelle la peau stressée.

 

Applications topiques (locales) comme thérapie et traitement en cas de dermite estivale devraient avoir une triple action 

Elles doivent calmer les démangeaisons, lutter contre les insectes et guérir les plaies. Ces effets ne sont pas possibles avec un seul produit: un produit qui éloigne les insectes ne peut pas guérir en même temps des plaies qui se sont  créées à cause de démangeaisons. Mon conseil: Sina’s Parasitweg-spray, pour la protection contre les insectes, et l’application de Sweet Sommer, pour calmer les démangeaisons.

 

Couvertures d’eczéma comme thérapie et traitement en cas de dermite estivale

Elles sont sûrement une aide: Poils et peau devraient par contre retrouver l’air de temps en temps pour rester en bonne santé. Le port permanent d’une couverture d’eczéma peut provoquer autres soucis, car il manque l’air et la lumière à la peau. Franchement, moi, je ne suis pas un fan de couvertures d’eczéma au pré. J’ai toujours peur les chevaux peuvent se méler dedans. Par contre je trouve le port d’une couverture d’eczéma à l’écurie un très bon moyen!

Quel succès et quelle réussite de guérison nous promettent les thérapies citées au dessus est toujours variable de cas en cas. Une combinaison des thérapies et traitements peut être utile ou rester complètement contreproductive, ça dépend de la combinaison.

Qu’importe la thérapie choisie, vous devriez toujours prendre l’alimentation et le mode de vie du cheval en compte dans le cas de dermite estivale. Un cheval qui vit sur des patûres grasses, qui bouge peu et qui est en plus très gros, n’aura aucune chance qu’une thérapie l’aide à long terme. Là on peut éventuellement faire une thérapie immunosuppressive, par contre on risque de provoquer une poussée de fourbure aiguë. Un cheval par contre, qui vit dans un environnement adapté, plutôt rudimentaire, naturel et qui a une alimentation appropriée, est réceptif et une thérapie peut avoir du succès avec un peu de temps et sans effets sécondaires.

Avant chaque thérapie, n’importe laquelle, on devrait optimiser les conditions préalables de l’alimentation et, quand nécessaire, le mode de vie du cheval pour avoir du succès. Ca ne sert à rien de donner l’homéopathie tous les jours en cas de dermite estivale (même si elle est bien choisie) si en même temps il existe un excès en protéines.

D’autre part on ne peut pas traiter un cheval qui vit à côté d’un étang avec une invasion des moustiques et moucherons. La contrainte est trop immense. On peut simplement soulager un peu.

 

“Les conditions préalables d’une alimentation et d’un mode de vie adéquates doivent être prises en considération pour donner une nouvelle qualité de vie à un cheval concerné par une dermite estivale avec une thérapie adequate!

Courage: Vous réussirrez !”